print preview

1600–1900

1864

Le concordat des géomètres
Le concordat des géomètres, une initiative des cantons pour harmoniser la profession

Plusieurs cantons s’entendent, à l’initiative du canton d’Argovie, sur le concordat des géomètres («Geometerkonkordat») visant au libre établissement et à l’examen des géomètres sur une base commune et fixant par ailleurs des prescriptions de procédure unifiées pour les mensurations. 
La polygonation prend peu à peu le pas sur le levé des plans cadastraux à la planchette.

A partir du milieu du XIXème siècle

Dans les cantons où elles sont réalisées, les mensurations sont effectuées sans coordination. Le développement urbain qui s’amorce vers 1850 accroît l’importance du cadastre juridique par rapport au cadastre fiscal. Le 16 avril 1860, Bâle adopte la loi sur l’établissement du registre foncier («Gesetz über Einrichtung des Grundbuches») dont les enseignements serviront de guide, 50 ans plus tard, lors de l’instauration du Code civil à l’échelon fédéral.

1840

Johannes Eschmann (1808–1852) complète les lacunes restantes dans la triangulation de 1er ordre et mène à terme provisoirement les travaux de calcul de l'ensemble du réseau, y compris les triangulations d'ordre inférieur. Il publie ces travaux en 1840 sous le titre «Résultats des mensurations trigonométriques en Suisse».

(Rudolf Wolf: Histoire des mensurations en Suisse, Chapitre XVIII, Zurich 1879)

1804

En 1804, le Grand Conseil du canton de Vaud ordonne la mensuration de toutes les communes ainsi que l’établissement d’un registre des biens-fonds et d’un registre de taxation. Genève suit cet exemple de 1806 à 1818, Bâle de 1818 jusqu’à la scission du canton en deux demi-cantons en 1833. Si un géomètre cantonal a bien été nommé à Bâle en 1806, les premières mensurations parcellaires n’ont débuté qu’en 1818.

1798

C’est en 1790 que débute le premier levé de toutes les parcelles en France, en vue d’établir un cadastre. Après l’invasion de la Suisse par les armées napoléoniennes et l’instauration de la «République helvétique», l’introduction d’un cadastre national sur le modèle français est évoquée. Le cours de l’histoire en a toutefois décidé autrement. Le cadastre centralisé n’a jamais vu le jour et la «mensuration officielle» s’est développée à son propre rythme dans chaque canton.

Dès le milieu du XVIIème siècle

Des cadastres sont déjà établis avant l’ère chrétienne, afin de pouvoir percevoir des impôts assis sur les terres possédées. Les premiers plans à grande échelle commencent à être dressés à partir du milieu du XVIIème  siècle. Eux aussi servent au calcul des charges foncières – le cens et la dîme – dues à une autorité ecclésiastique ou temporelle.